Postcrossing : bilan du 1er mois

Cher aventurier du web, il y a environ un mois je me lançais dans le Postcrossing, dont je vous expliquais le principe dans cet article. Aujourd’hui il est temps de faire un premier bilan après un mois d’utilisation.

Postcrossing, en quelques chiffres

A l’heure où j’écris ses quelques lignes, nous en sommes à 7 cartes reçues contre 6 envoyées.
Mes cartes postales reçues viennent de 5 pays différents, comme la Chine (et la région Hong Kong), l’Allemagne (x3), le Canada, l’Angleterre et la Russie. Lors du paramétrage de mon compte j’ai oublié de décocher une case qui indique que vous souhaitez envoyer et recevoir des cartes du même pays. Si bien que, au bout de quatre cartes envoyées vers la Russie, je me suis dit que quelque chose clochait. Problème résolu aujourd’hui (donc note pour vous : bien vérifier les paramétrages de votre compte.)

A l’heure actuelle 6 cartes sont en voyage vers les États-Unis, l’Australie, la Russie (x2), l’Allemagne, Taiwan. Une de mes cartes qui était en route vers la Russie a dû se perdre en chemin, car au bout de 40 jours elle n’était toujours pas arrivée à bon port. Le site vous permet de pouvoir envoyer un message privé au futur destinataire afin de l’alerter sur la perte éventuelle de votre carte postale.
Bref, ça c’était une rapide présentation en quelques chiffres et pour vous donner quelque exemple. Maintenant parlons un peu de la partie humaine.

Des profils de tout horizon

La communauté Postcrossing est vraiment très grande mais surtout très diversifiée. Nous avons par exemple, Veronika, une dame de 60 ans, qui travaille dans une école pour enfants handicapés. Ming, un trentenaire Chinois qui adore voyage et qui m’explique être venu en France l’an passé et avoir adoré Paris. Marion, 51 ans, qui vit en Allemagne avec son chat Alba. Joyce, qui vit dans un petit coin reculé au Canada qu’on surnomme les Prairies. Mais aussi Gayi qui m’envoie une carte avec une tenue traditionnelle de la Dynastie Qing.

Chacune de ces cartes raconte une histoire, aussi bien dans le choix que la personne fait de la carte, du timbre, mais aussi à travers son écriture et le choix des mots. Quand certains choisissent d’indiquer leur prénom, âge, profession. D’autres me parlent de leur pays, de leurs envies…

 

Sélection de cartes, en haut à gauche : Russie, en bas à gauche : Allemagne, en bas à droite : Chine

Bilan

Très honnêtement je très satisfaite de m’être inscrite sur ce site. Quel plaisir de recevoir des cartes postales, de découvrir des pays, des coutumes. Le seul petit bémol est qu’il est difficile d’avoir une correspondance régulière avec une seule et même personne. Cela n’est pas impossible, mais ce n’est pas le but initial du site. Si vous aviez malgré tout envie de ça, rien ne vous empêche par la suite d’envoyer un message privé à une personne en lui précisant votre demande. L’autre avantage également est que le Postcrossing me permet de travailler mon anglais de manière assez ludique et dans une situation concrète.

Je ne vois pas de réel inconvénient, si ce n’est que cela demande un peu de temps, s’il on souhaite réellement personnaliser les cartes en fonction des personnes. Bref, bilan très largement positif et je ne peux que vous inviter à participer à ce grand projet. Pour s’inscrire c’est par ici.

 

Et vous, à quand remonte la réception d’une carte postale ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  • Mademoizelle Cocotte 26 février 2017 at 10 h 27 min

    Je suis également inscrite sur le site. J’aime beaucoup recevoir des cartes postales du monde entier, surtout que quotiennement notre boite aux lettres n’est remplie que de publicités et de factures alors ça change un peu.

    Bisous

    Reply
    • bourgeonsdeculture 27 février 2017 at 10 h 03 min

      Oui, je crois que le point de départ pour moi aussi c’était l’échange et surtout l’envie de recevoir un petit quelque chose d’inattendu dans ma boîte aux lettres.
      Happy Postcrossing à toi :).

      Reply

Laisser un commentaire